Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Izzie Teachin'
  • : Mon départ pour l'Écosse, ma formation pour devenir enseignante de français là-bas, mes premières classes, mes péripéties, la vie écossaise.
  • Contact

Blogs d'enseignants / teachers blogs

Recherche

Autres / Others

Communautés

Follow IzzieTeachin on Twitter

Suivez-moi sur Hellocoton

 

Image-9.png

30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 20:11

Et voilà. L'année scolaire est finie. Mon année de NQT est finie. Enseigner dans mon école actuelle, c'est fini. L'Écosse, c'est fini aussi. Le mois de Juillet marque la fin d'une aventure, une aventure de deux ans, faite de rencontres, de travail acharné, de satisfactions, de déceptions, de rires et de pleurs, et de tas d'autres opposés qui m'ont fait grandir, en tant qu'enseignante, mais en tant que personne aussi.

Mais il ne faut pas être aussi définitifs. Cela marque également le début d'une nouvelle aventure, en France, cette fois-ci, l'ouverture à de nouveaux contextes d'enseignement, et le commencement d'une lutte acharnée contre la précarité de l'emploi dans le monde du FLE (héhé, potentiels employeurs, si vous me lisez, n'hésitez pas à me contacter via l'onglet "Contact" du blog !).

Cela ne signifie pas non plus la fin de ce blog, sur lequel je continuerai de poster ce qui me semble pertinent concernant l'éducation en Écosse et dont j'aurais oublié de parler. Je pense également à son évolution, et ce qui est sûr, c'est qu'Izzie Teachin' a encore de beaux jours à vivre !

Et pour terminer sur une jolie note, voici une photo des cartes et présents qui m'ont été offerts par mes élèves et les enseignantes de mon département, en guise de remerciements et d'aurevoir :

 

PicCollage.jpgCliquez sur l'image pour la voir en grand


Partager cet article
Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 11:48

mF-uq-6yjzMjVllrXii3tOaAq4A.gif

 

Aujourd'hui, je souhaitais vous parler de cette pratique bizarre qui s'applique dans les écoles du Royaume Uni : changer l'emploi du temps à un mois de la fin de l'année.

Donc, pour vous expliquer un peu le principe, imaginez que vous êtes un élève de 6ème et que vous avez cours jusqu'à fin Juin. Jusque là, rien d'anormal. La logique (du moins la nôtre parce que, hey, on n'a pas le monopole de la logique non plus !) voudrait que notre année de 6ème se termine en même temps que l'année scolaire, fin Juin donc, et que notre année de 5ème débute au même moment que le commencement de la nouvelle année scolaire, autrement dit début Septembre.

Au Royaume Uni, cela se passe différemment. La nouvelle année scolaire commence dans les environs de fin Mai (c'est assez variable selon les écoles). Ce qui veut dire que les élèves de 6ème commencent leur année de 5ème fin Mai, l'année scolaire s'arrête fin Juin pour les grandes vacances, et ensuite, ils reprennent à la rentrée (mi-août pour l'Écosse) leur année de 5ème là où ils l'ont laissée un mois et demi plus tôt.

Cela fonctionne bien évidemment pour tous les niveaux, pas seulement les 6èmes. Pour être honnête, j'ai toujours un peu de mal à comprendre le pourquoi de ce système. Il me semble qu'on m'avait vaguement expliqué que c'était parce que les troisièmes finissent leurs exams fin Mai, et que pour ne pas qu'ils ne fassent rien jusqu'à fin Juin, on leur fait commencer leur nouvel emploi du temps (n'oubliez pas qu'au Royaume-Uni, un élève est dans la même école de la 6ème à la terminale). Mais j'ai toujours du mal à comprendre en quoi cela justifie qu'on change l'emploi du temps de tout le monde, et pourquoi on ne laisse pas plutôt les troisièmes avoir un mois de vacances supplémentaires, ou encore, pourquoi ne pas repousser leurs exams à plus tard ?

Si quelqu'un à une meilleure explication à me proposer, n'hésitez pas, j'aimerais sincèrement comprendre le raisonnement derrière tout ça. Dans mon école, cette année, le changement d'emploi du temps s'est fait deux semaines et demi avant la fin de l'année scolaire ... (trois-petits-points-vous-voyez-ce-que-je-veux-dire)

Bref, le but de cet article n'est pas vraiment de critiquer ce système (même si, voilà quoi, hein !), mais plutôt de vous informer de cette réalité et de vous y préparer, car lorsque l'on vient d'un système éducatif différent, cela peut s'avérer assez surprenant !

Partager cet article
Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 12:58

Bonjour à tous !

 

Aujourd'hui, on parle applications iPad. Parce que nous sommes à l'ère de la technologie et que l'on trouve de plus en plus d'avantages à l'utilisation d'outils multimédias en classe ou pour préparer une leçon, mais qu'on a souvent du mal à s'y retrouver dans la multitude de choix à notre disposition, j'ai pensé qu'il pourrait vous être utile de parler ici de quelques unes de ces applications qui font l'unanimité chez les enseignants.

Twitter est une mine d'or lorsqu'on sait en exploiter les possibilités. En y fouillant un peu, j'ai pu déterminer quelles étaient les applications dont les enseignants parlaient régulièrement et recommandaient à leurs pairs. Voici donc, sans ordre précis, 5 applications directement ou non liées à l'éducation, mais dont l'utilisation peut s'avérer très utile dans ce métier :


 

 Image-4-copie-1.png Explain Everything :

 

Explain Everything est une application payante (2,69€ ou £1,99), mais extrêmement utile à l'enseignant qui souhaite créer des leçons plus interactives. Elle va en effet permettre de créer des diapositives pour l'utilisation d'un Tableau Blanc Interactif (TBI), appelé au Royaume-Uni "Smartboard" ou "Whiteboard". Une application gratuite pour Mac est disponible afin de lire les fichiers créés avec "Explain Everything". Autrement, il suffit de les compresser au format MP4. Voici une vidéo pour vous montrer quelques possibilités d'utilisation pour cette application (je n'ai malheureusement pas trouvé de tutoriel en français) :

De nombreuses autres vidéos sont à retrouver sur Youtube sur la chaîne de l'application afin d'explorer au mieux les fonctionnalités de cette application.


 images.jpg Skitch:

Skitch est une application gratuite gérée par Evernote, qui permet d'annoter des images, des pdf, des cartes (déjà intégrées dans l'application), des captures de sites Internet, et même de créer vos propres documents. Pour vous donner un (petit) aperçu de l'utilisation de Skitch, voici ce que j'ai créé spécialement pour vous (ouh là là les chanceux !) - cliquez sur les images pour les voir en grand :

Image 1-copie-1
Image-3-copie-1.png

 

 

 

mzl.kzuxddqs.175x175-75.jpg  PicCollage :

 

Comme son nom l'indique, PicCollage permet de créer des collages de photos. Cette application gratuite est très facile d'utilisation pour des résultats très intéressants. Une fois encore, je vous ai fait une petite démonstration (mon Dieu, c'est Noël !). Bon, j'ai très peu d'images sur mon iPad donc c'est fait avec les moyens du bord, à la va-vite, et avec le peu d'inspiration que j'avais hier soir (ce matin?) à minuit et demie. Alors c'est l'intention qui compte, hein !

 

photo-3-.JPGCliquez sur l'image pour la voir en grand

 

 

 

mzl.qwzbpymh.png  Recordium :

 

Recordium est une application/magnétophone, mais pas seulement. Elle permet également de surligner les passages importants, annoter le fichier audio à des endroits précis pour s'y référer plus tard, modifier le fichier, le partager, bref, de très nombreuses et intéressantes possibilités à portée de doigts ! Voici une vidéo trouvée sur Youtube (en anglais une fois encore, mais les images sont assez explicites pour les non-anglophones) qui présente les fonctionnalités de Recordium :

 

 


 

La bonne nouvelle, c'est que Recordium est en ce moment gratuite pendant une période limitée, alors profitez-en !

 

 

 

evernote.png  Evernote :

 

Evernote est une application gratuite qui permet de regrouper en un seul endroit toutes ces choses que l'on trouve intéressantes et sur lesquelles on voudrait s'attarder plus tard. Une image, une idée, une page web, un son, etc. Créer des listes sur Evernote qui regroupent tous ces documents permet de garder aux chaud toutes nos inspirations pour de futures leçons ! Parce qu'il faut bien l'avouer, nous, les enseignants, on fourmille d'idées... Tellement que ce n'est pas évident de s'en rappeler ! Il y a même une fonction de recherche de textes dans les images, afin de retrouver tous vos documents en un instant. Une fois n'est pas coutume, voici une vidéo (en français, héhé !) pour illustrer mon propos !

 

 

 

 

Et vous, quelles applications utilisez-vous ?

Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 16:05

philips-summer-reading-2013.gif

Image credit: iStockphoto

 

Edutopia, un site rédigé en anglais et dédié à l'éducation vient de mettre en ligne un article qui propose des lectures intéressantes pour les enseignants en mal de didactique cet été.
Si tel est votre cas, ou si vous souhaitez simplement enrichir votre "culture éducative", il vous suffit de suivre ce lien !
Vous pouvez également suivre Edutopia sur Twitter, en cliquant ici !

Bonne lecture

 


 

Et n'oubliez pas, vous avez jusqu'à Mardi pour participer au tout premier concours du blog et tenter de gagner un exemplaire de "Successful Teaching Placement in Scotland" !

 

CONCOURSCONCOURSCONCOURSCONCOURSCONCOURSCONCOURSCONCOURSCONCOURS

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 12:04

Je parle souvent du "Teacher Profile", ou du "GTCS Profile", mais qu'est-ce que c'est exactement ?

Attention : la suite de cet article ne concerne que les personnes faisant leur année de NQT en Écosse. Pour les autres, je ne sais pas vraiment si cela fonctionne de la même façon.

Le GTCS (General Teaching Council for Scotland) est l'organisme auprès duquel les enseignants doivent être enregistrés et qualifiés pour avoir le droit d'exercer. Chaque enseignant possède un compte sur le site du GTCS. Lors de son année de NQT, l'enseignant doit régulièrement mettre à jour son "Teacher Induction Profile".

Ce profil se présente de la façon suivante (cliquez sur l'image pour voir en taille réelle) :

 

Image-1.png


 - Personal Details: comme son nom l'indique, il s'agit de votre nom, prénom, adresse email, etc. D'ailleurs, comme vous pouvez le constater, je n'ai pas encore vérifié les miens.

- Initial Professional Development Action Plan (IPDAD) : je vous en parlerai plus en détails dans un prochain article.

- Timetable : ici encore, rien de très compliqué, il s'agit d'enregistrer votre emploi du temps.

- Supporter Meetings : je vous en avais parlé dans un précédent article, il s'agit des réunions hebdomadaires que vous avez avec votre mentor. Après ces réunions, vous devez enregistrer un résumé dans votre profil GTCS et le soumettre à votre mentor pour qu'il le valide.

- Record of Observed Teaching : il s'agit ici des inspections auxquelles vous devrez vous soumettre tout au long de l'année (9 au total). Une fois que vous recevez votre feedback, vous devez enregistrer un compte rendu et le soumettre à votre mentor pour validation.

- CPD record : c'est ici que vous allez enregistrer les compte-rendus de tous les séminaires de développement professionnel auxquels vous avez assisté. Vous les soumettrez ensuite à votre mentor pour validation.

- Key Strenght and Areas for Development : cette section n'apparaîtra qu'après les vacances de Noël. Je vous en parlerai plus en détails dans un prochain article.

- Professional Development Action Plan : il s'agit du profil que vous devez remplir à la fin de votre dernière année d'études en éducation. J'en parlerai également plus en détails dans un prochain article.

 

Lorsque vous regardez l'avancement de votre profil, ça ressemble à ça (cliquez sur l'image pour voir en taille réelle) :

 

Image-2-copie-2.png

 

Le but ultime, c'est que toutes les cases deviennent vertes, ce qui signifie que tout a été fait. Pour l'instant, la plupart de mes sections sont rouges, car après les vacances de Noël, on repart à zéro sur un nouveau profil.

 

Vous remarquerez également les cases "STAGE", placées en haut, à l'horizontale. Ce sont les différentes étapes de votre profil, et elles sont soumises au même code couleurs :

 

- STAGE 1 : il s'agit de l'étape pendant laquelle vous remplissez votre profil de tous les éléments cités précédemment.

- STAGE 2 : une fois votre profil entièrement complété, vous le soumettez à votre mentor pour une ultime validation.

- STAGE 3 : votre mentor valide votre profil, ce qui constitue sa "recommandation". Une fois validé, le profil est envoyé au principal de l'école.

- STAGE 4 : le principal accepte et valide la recommandation de votre mentor, ce qui envoie votre profil à la "local authority", qui est l'académie qui vous emploie.

- STAGE 5 : l'académie valide votre profil et l'envoie au GTCS.

 

Votre rôle s'arrête donc après le STAGE 2, ce qui ne signifie pas que vous ne devez plus vous en préoccuper. Continuez de vérifier l'avancement des STAGES, afin d'être certains qu'il n'y a pas de problèmes qui pourraient nuire à l'obtention de votre statut d'enseignant qualifié.

 

Comme pour tout pendant votre année de NQT, il y a des dates limites à respecter, et il en va de même pour ce profil. Mon conseil : mettez-le à jour régulièrement, n'attendez pas le dernier moment. Vous aurez des tas d'autres choses à faire, vous serez débordés, et la dernière chose que vous voulez c'est de vous retrouver avec une montagne de compte-rendus à rédiger deux jours avant la date limite d'envoi de votre profil. Et je sais de quoi je parle ! À la fin de mon année de PGDE, des NQTs sont venus nous parler de cette année à venir, et on m'avait donné le même avertissement. L'ais-je pris en compte pendant le premier semestre ? Non, évidemment. Ce semestre, croyez-moi, j'ai bien l'intention de poster chaque compte-rendu sans attendre !  

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 20:00

inspectionL

 

Lorsque vous êtes probationer, vous devez vous soumettre à des "inspections" (appelées "observed lessons") régulières. Il s'agit du même principe que les CRIT (inspections réalisées par les tuteurs de la fac lors de votre PGDE), mais qui seront effectuées par votre mentor, le professeur principal de votre département, le "mentor principal" de tous les probationers ou parfois, le principal de l'école en personne.

Il y en a neuf en tout, étalées tout au long de l'année. Les cinq premières doivent être effectuées avant la fin Novembre, les quatre autres, lors du deuxième semestre.

Il n'y a pas vraiment de différence avec les inspections du PGDE. Ce que l'on cherche à voir, ce sont vos méthodes d'enseignement, bien sûr, les activités que vous proposez, comment vous poussez vos élèves à dépasser leurs limites, si dans vos leçons vous prenez en compte les possibles difficultés d'apprentissage de certains de vos élèves; mais également votre présence dans la classe en tant que prof, le genre de relation que vous avez instaurée avec vos élèves, comment vous gérez les problèmes, les imprévus, comment vous vous faites entendre de vos élèves et comment vous les écoutez. Bref, vous êtes jugés autant sur le contenu de votre leçon que sur la pédagogie employée et la façon dont vous gérez votre classe.

Pour réussir au mieux votre inspection, voici quelques conseils qui tiennent plus du bon sens que du véritable tuyau, mais il est toujours bon de les rappeler:

 

1) Préparez votre leçon

 

Pas besoin d'y passer des heures, mais si votre leçon est prête, bien pensée et qu'elle répond aux attentes du curriculum et aux capacités de vos élèves, vous vous sentirez prêts, et aborderez votre inspection de façon plus sereine. Au mieux vous serez préparés, au mieux vous pourrez anticiper les éventuels problèmes et faire face à l'imprévu durant votre leçon. Si vous vous présentez déjà stressés parce que vous n'êtes pas sûrs à 100% de ce que vous allez leur faire faire, ou si les ressources que vous souhaitez utiliser ne sont pas totalement prêtes, vous partez déjà avec un handicap, et il y a de fortes chances que votre leçon dérape.

 

2) Ayez confiance en ce que vous faites

 

Ce n'est pas toujours évident d'arriver confiant à une inspection. Bien sûr, si vous entretenez une bonne relation avec la personne qui vous observe, c'est toujours plus facile d'être détendu. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas, et il faut faire avec. Je le disais au début de ce blog, l'une des principales qualités d'un enseignant, c'est de savoir s'adapter.

Oui, vous êtes un tout jeune enseignant, c'est votre toute première année dans le métier et vous n'êtes pas toujours certains de faire ce qu'il faut, et c'est normal. Mais dites vous ceci: tout d'abord, votre "inspecteur" a conscience de cette situation, et même s'il attend beaucoup de vous, il le prendra en compte. Ensuite, vous n'êtes pas là par hasard. Vous venez de réussir votre PGDE, qui était une année difficile, vous avez réussi vos inspections lors de votre formation, vous avez été formés à travailler en suivant les derniers courants de pensée en matière d'éducation et le curriculum le plus récent. Au yeux des écoles qui vous forment durant votre années de probation, vous avez de la valeur pour ça. Vous apportez des idées nouvelles, et des éclaircissements sur les changements qui s'opèrent dans le système.

Oui, vous avez votre pierre à apporter à l'édifice ! Oui, vous faites du bon travail et vous savez pourquoi vous le faites de cette manière et pas autrement. N'en doutez pas,, et abordez votre inspection avec la certitude que vous êtes là parce que vous avez fait du bon travail, à la base.

Bien sûr que vous ferez des erreurs, mais c'est comme ça qu'on apprend. Et on apprend chaque jour, tout au long de sa carrière !

 

3) Ne vous préoccupez pas de l'inspecteur

 

Votre attention doit toujours être sur votre leçon et vos élèves. Si vous vous laissez distraire par la présence de votre inspecteur, vous allez perdre le fil et vos élèves percevront que vous êtes déstabilisés et que vous ne savez pas trop où vous allez. Ils vont donc se mettre à parler, vous allez paniquer parce que l'inspecteur est là, sous l'effet de la panique, vous allez avoir du mal à gérer le mouvement perturbateur de vos élèves et en bref, ça finira en désastre si vous n'arrivez pas à redresser la barre. Rassurant, n'est-ce pas ? Restez à tout moment concentrés sur votre classe. C'est ça que votre inspecteur veut voir : vous en tant qu'enseignants, dans votre environnement naturel qui est votre classe. Comme s'il était une mouche posée sur le rebord de la fenêtre, en train de vous observer. Et ça, c'est possible si vous prenez en compte les points 1) et 2).

 

4) Ce qui ressort des feedbacks de votre leçon est toujours positif !

 

Bons ou mauvais, les feedbacks que vous allez recevoir par la suite sont une bonne chose. D'abord dites vous qu'il y aura toujours des points positifs, et des points à améliorer. Ce que vous cherchez avant tout tout au long de vos observations, c'est d'agrandir la première colonne et diminuer la deuxième. Si vous vous mettez en tête qu'il vous faut arriver à supprimer les points à améliorer, vous allez être déçus. C'est impossible, surtout dans ce métier: on a toujours à apprendre et à améliorer.

Quoi qu'il en soit, les points positifs vous montreront et/ou confirmeront ce que vous faites de bien, et pour la confiance en soi, y'a pas mieux ! Les points négatifs eux, vous dirigeront vers ce sur quoi vous devez travailler, ce qui est pratique, parce qu'on ne sait pas toujours ce qui ne va pas exactement. Si vous avez fait des erreurs qui ont été relevées dans les points négatifs, ne vous inquiétez pas. On apprend toujours de ses erreurs et la prochaine fois, vous ne le referez pas !

Pour résumer, les feedbacks, ce n'est que du bon !

 

Enfin, pour clore cet article, sachez que le plus important pour les inspecteurs, ce n'est pas le nombre de bonnes observations comparé au nombre de mauvaises, mais surtout si d'une observation à l'autre, vous avez pris en compte ce qu'on vous a dit et si vous avez travaillé à vous améliorer. Une progression visible, voilà ce qu'on attend de vous.

 

Image prise sur le site Schools world tv

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:09

Sin_titulo.png7.png

 

Pendant l'année de probation, vous devrez vous entretenir avec votre mentor de manière officielle une fois par semaine.

Ces réunions sont l'occasion de faire le point sur votre semaine, sur les évènements importants à venir et à préparer (examens, soirées parents-professeurs, etc.) et de poser toutes les questions qui vous semblent nécessaires.

Ne négligez pas ce temps qui vous est réservé. Vous n'aurez pas forcément le temps de parler de ce qui vous préoccupe, et votre mentor sera tout aussi débordé, si ce n'est plus. N'en sous-estimez donc pas l'importance.

À l'issue de ces réunions, votre mentor vous remettra un compte-rendu des sujets abordés et de vos objectifs à atteindre. Gardez-le précieusement. Vous en aurez besoin pour ensuite transférer ces informations dans votre profil GTCS.

 

Picture from the web site Gossip

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 13:10

cpd.jpg

 

Qu'est-ce que les CPDs (Continuing Professional Development) ? Ce sont des séminaires auxquels les probationers se doivent d'assister et qui traitent des sujets variés relatifs à l'éducation (dyslexie, évaluation, gérer sa classe, incorporer le jeu dans ses leçons, etc.). Ces séminaires ont pour but, comme leur nom l'indique, de s'assurer de notre développement professionnel. 

Tout le monde peut assister aux CPDs (probationers, profs, principaux, etc.), mais il faut savoir que pendant son année de probation, certains CPDs sont imposés par l'académie, et les autres sont "fortement conseillés".

Ce qui signifie qu'il faut vous préparer à l'idée que vous allez rarement rentrer chez vous directement après les cours, les CPDs ayant majoritairement lieu après la journée scolaire.

En ce qui me concerne, les CPDs imposés ont tendance à se trouver pendant la journée scolaire. Généralement, le même CPD est proposé deux fois dans la semaine, pour nous laisser le choix. Il est donc de votre responsabilité de choisir le moment où vous avez le moins de cours, afin que le minimum de remplacements aient besoin d'être organisés.

Ici, il n'y a pas d'heures de permanence comme en France. Si un prof est absent, il y a toute une procédure qui se met en place et qui inclut un système de remplacement. Ce qui signifie que n'importe quel prof de l'école, s'il est disponible pendant l'heure de cours qui nécessite un remplacement, est susceptible d'être appelé à l'effectuer.

Ce qui ne veut pas non plus dire qu'un prof de maths va devoir donner vos cours de français si vous êtes absents. Il est également de votre devoir de préparer pour le remplaçant le travail que vous voulez qu'il donne aux élèves, et de fournir un maximum d'instructions et d'aides. Vous ne savez jamais si la personne qui va vous remplacer est prof dans votre matière, donc partez toujours du principe que ce n'est pas le cas, et assurez-vous de fournir le nécessaire pour que le cours se passe sans problèmes.

 

Donc, pour récapituler, si vous avez un CPD pendant la période scolaire :


  • Si vous avez plusieurs options possibles, choisissez d'aller au CPD qui se trouve dans une période où vous avez le moins de classes, de sorte à ce que l'école ait le moins de remplacements possibles à organiser (n'oubliez pas que vous ne serez peut-être pas le seul probationer de votre école à aller à ce même CPD).
  • Assurez-vous que le professeur principal de votre département soit au courant à l'avance et prévenez l'école à l'avance également afin qu'ils puissent organiser les remplacements nécessaires.
  • Préparez le travail à donner au remplaçant en pensant toujours qu'il n'enseigne pas votre matière, et donnez lui un maximum d'instructions, de sorte à ce que tout ce qu'il ait à faire, soit de superviser votre classe. 
  • N'oubliez pas de les remercier, après tout, ils perdent de leur temps libre pour assurer votre classe !

 

Enfin, sachez que chaque CPD doit être reporté dans votre profil GTCS, dont je parlerai plus en détails un peu plus tard.

 

Pour vous donner une petite idée des sujets que peuvent traiter les CPDs, voici un échantillon de ceux auxquels j'ai assisté jusqu'à présent:

 

Code de professionnalisme et de conduite, utilisation du logiciel et matériel "ActivExpression", utilisation des tableaux interactifs Promethean, gérer les problèmes de comportement, l'évaluation, protection de l'enfance, incorporer le jeu dans sa classe, dyslexie, inclusion, se préparer aux soirées parents-professeurs, etc.

 

Image prise sur le site the counselling centre

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 12:18

 

1678333.gif

 

Je vous en parlais dans mon article précédent, les "probationer teacher" doivent s'impliquer dans la vie de l'école.

Au Royaume Uni, l'école joue un rôle central dans l'éducation d'un enfant, non seulement en termes académiques, mais également en ce qui concerne son développement social au travers des activités extra-scolaires. Club-ciné, club de théâtre, équipe de foot et de tous les sports possibles et inimaginables, club d'art, de musique, de danse, de sciences, club de charités, etc, il y en a pour tous les goûts. Ces clubs ont lieu soit entre midi et deux, soit après l'école, et sont mis en place et dirigés par les enseignants eux-mêmes. C'est là que nos centres d'intérêts personnels et que nos compétences dans tout autre domaine que l'enseignement de notre matière entrent en jeu.

Il est attendu des probationers (ou NQT, je suppose que vous êtes familiers avec le jargon maintenant), plus que de n'importe quel autre membre du staff, qu'ils s'impliquent dans cette communauté formée autour de l'école. Bien que, concrètement, votre salaire ne diminuera pas si vous ne le faites pas, refuser de s'impliquer serait extrêmement mal vu. C'est un peu comme si vous vouliez postuler pour un job dans une entreprise, et qu'à l'entretien vous manifestiez un désintérêt total pour cette dernière : vous pouvez être certain de ne pas obtenir le poste. L'école en Écosse n'a pas véritablement le choix que de vous engager pour votre année de probation, mais se désintéresser de votre école d'accueil (qui ne l'oubliez pas, est là pour finir de vous former et pour vous observer, afin de valider ou non votre statut d'enseignant) ne présagerait rien de bon pour la suite.

En dehors du côté relationnel avec votre école, je pense que s'impliquer dans ces activités peut être bénéfique à bien des niveaux. Cela vous permet d'abord de faire quelque chose qui vous plaît, et de partager cet intérêt avec les élèves. Autour de ça, pour pourrez construire une relation avec eux totalement différente de celle que vous entretenez en classe, beaucoup plus détendue. Vous pourrez ainsi apprendre à connaître d'autres facettes de leur personnalité, et mieux comprendre leur attitude durant vos cours, quelle qu'elle soit. Et tout le monde vous le dira : mieux vous connaîtrez vos élèves, et au mieux vous pourrez préparer vos leçons. Cela vous permet également d'apprendre à connaître d'autres élèves qui ne sont pas forcément dans vos classes, et d'affirmer votre présence au sein de l'école.

En ce qui me concerne, j'aide au club de théâtre, avec lequel je vais peut-être mettre en place un projet théâtral en français. Quelques uns de mes élèves en font partie, et je peux vraiment les voir sous un jour différent. J'aide également dans un club de charité, dans lequel les élèves mettent en place des évènements afin de récolter des fonds pour les redistribuer à des organismes de charité qui leur tiennent à coeur.

Au retour des vacances, je vais également mettre en place un club de "devoirs". Ok, ce dernier ne semble pas très réjouissant, mais il résulte d'une constatation à la fin de ce premier trimestre. Certains élèves, quelle que soit leur classe, ont des difficultés importantes avec le français. Ce club serait donc là pour ceux qui auraient besoin d'aide pour faire leurs devoirs, ou qui n'auraient pas compris un point de leur leçon et qui auraient besoin d'une attention particulière qu'ils ne peuvent pas avoir en classe. Ce serait ainsi une classe de soutien, dans laquelle pourquoi pas, les élèves les plus à l'aise avec le français pourraient également venir aider les autres.

Avant de conclure cet article qui est déjà bien long, je voudrais préciser quelque chose qui titillera sûrement les esprits français plus que les britanniques : s'impliquer dans ces activités demande plus de travail, et parfois de rester plus tard à l'école. Ces responsabilités supplémentaires ne sont pas payées. On pourrait voir ça comme une sorte de "volontariat forcé", mais il faut savoir qu'ici, cela fait partie intégrante des fonctions de l'enseignant. Ce dernier est à la fois porteur de savoir, mais également une figure sociale et un "éducateur" à la vie. L'un ne va pas sans l'autre, et venir enseigner ici, c'est accepter cette vision et accepter de remplir ces fonctions.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 13:25

Je sais, je n'ai pas posté depuis un certain moment. C'était que je ne m'étais pas imaginée à quelle point l'année de probation serait encore PIRE question boulot que le PGDE.

Mais j'ai quand même survécu à mon premier trimestre d'enseignement !

Pour des raisons de confidentialité, je ne divulguerai pas le nom de mon école, mais je peux dire que c'est une très bonne école qui obtient de très bons résultats, d'où une pression intense et continuelle sur les enseignants.

Le département des langues est très grand, et l'entente y est très chaleureuse ce qui aide énormément quand on se sent dépassé, ce qui arrive plus souvent qu'on le pense quand on est en année de probation. Je suis vraiment contente de pouvoir dire que j'ai le soutien nécessaire et quand il le faut.

Je n'ai pas de problèmes majeurs de discipline, les élèves travaillent bien. J'ai tout de même une classe un peu plus difficile que les autres, mais il s'agit davantage de mauvais comportement suite à du désintérêt pour la matière que par méchanceté.

Non, vraiment, la difficulté vient de la quantité de travail à fournir et de la qualité exigée. Ce qui n'est absolument pas une mauvaise chose, si ce n'est pour la vie sociale des enseignants ^^

À la fin de ce premier trimestre, toutes mes classes ont déjà passé des examens d'expression écrite, de compréhension orale et de compréhension écrite. Ce qui signifie que je me retrouve avec 320 copies à corriger avec 6 sujets d'examens différents donc, 6 grilles d'évaluation différentes. "Heureusement", cette semaine est une semaine de vacances ici. J'aurais donc le plaisir de m'occuper intelligemment pendant mon repos ^^

En tant que "probationer", il y a plusieurs choses que l'on doit faire en plus de l'enseignement. Parmi ces choses, on trouve : s'impliquer dans la vie de l'école, assister à des "CPDs", avoir des réunions hebdomadaires avec son mentor, faire l'objet d'inspection régulières et enfin, reporter tout ceci dans son profil enseignant. Je discuterai de chacun de ces points dans mes prochains articles.

En attendant, n'oubliez pas que les inscriptions au PGDE/PGCE ouvrent très prochainement, et je vous conseille de vous y prendre le plus tôt possible

 



Partager cet article
Repost0