Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Izzie Teachin'
  • : Mon départ pour l'Écosse, ma formation pour devenir enseignante de français là-bas, mes premières classes, mes péripéties, la vie écossaise.
  • Contact

Blogs d'enseignants / teachers blogs

Recherche

Autres / Others

Communautés

Follow IzzieTeachin on Twitter

Suivez-moi sur Hellocoton

 

Image-9.png

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:44

 

nm-photo-276808_1.jpg

 

Aujourd'hui, je vous parle d'un projet qui a besoin d'aide pour voir le jour : le documentaire intitulé "La classe d'initiation".

Mais tout d'abord, qu'est-ce que la classe d'initiation (communément appelée CLIN) ? Pour vous l'expliquer, laissez-moi vous exposer une situation:

Marie a 10 ans, et elle est Russe. Son père a trouvé un emploi en France, une promotion. Toute la famille a donc fait ses valises pour le suivre, et s'installer dans ce pays étranger. Marie ne parle pas un mot de français, mais la loi française l'oblige à être scolarisée. Seulement, comment comprendre ses cours de maths, d'histoire ou de sciences, comment suivre correctement les instructions du prof de sport, si elle ne comprend pas un mot de ce qu'ils disent ?

Vous l'aurez compris, c'est là que la CLIN intervient. Plusieurs heures par semaine, les élèves comme Marie prennent des cours de français en CLIN. Ces cours ont pour but de leur permettre d'apprendre le français en un an, afin de pouvoir suivre une scolarité française normale, mais plus important encore, afin d'avoir une vie sociale aussi riche que possible.

Ce documentaire, "la classe d'initiation", propose ainsi de suivre Alain, un enseignant en CLIN et de montrer que son travail est non seulement très intéressant, mais aussi extrêmement important pour ces enfants qui, pour une raison ou une autre, ont été déracinés. 

Beaucoup de débats ont lieu sur la raison d'être de ces classes. Pourtant, pour avoir effectué un stage dans ce type de structure durant ma première année de Master FLE, je peux vous assurer que ces enfants doivent énormément à ces classes, à ces enseignants qui les aident et les comprennent, et à ces camarades qui vivent une histoire similaire, et qui partagent leur solitude. J'ai vu cette petite fille prendre l'enseignante dans ses bras en lui disant "Merci, tout ça, c'est grâce à toi", j'ai entendu ce petit garçon répondre à mes questions par un "dans les autres classes, on nous comprend pas. On parle pas de chez nous parce que ça ne les intéresse pas. Ici, on en parle, on peut être nous-mêmes. Ici, on ne se juge pas.". Et puis j'ai observé leurs progrès, j'ai créé avec eux un conte en français, j'ai eu des conversations avec ces mêmes élèves pas plus vieux que 12 ans, et j'avais bien du mal à croire que quelques mois plus tôt, ils ne parlaient pas un mot de notre langue.

Ce documentaire est là pour témoigner de tout ça, mais comme tout, il a un coût. C'est là que vous pouvez aider. En cliquant sur ce lien "Touscoprod", vous serez redirigés vers la page de présentation de ce projet, avec une bande annonce du documentaire pour vous faire une idée. Et si (et seulement si) vous le souhaitez, vous pouvez aider à son financement en faisant un don. Vous pouvez mettre ce que vous voulez, mais plusieurs paliers ont été établis. Pour chaque palier vous est proposé une contrepartie. Par exemple, dès 10 euros, vous pouvez assister à la projection en avant première du film. Si vous donnez 20 euros, vous recevrez le DVD lorsqu'il sera sorti, etc.

Ce qui est bien je trouve, c'est que votre argent ne sera débité QUE si la somme fixée par les porteurs du projet est atteinte d'ici la date limite. Si elle ne l'est pas, vous ne serez pas débité.

Je pense que ce documentaire mérite de voir le jour, et c'est pourquoi j'ai décidé de faire passer le message sur mon blog. Les dons ont atteint 66% jusqu'à présent, et il reste 26 jours avant la date limite. Alors allez jeter un oeil à la bande annonce, mais surtout, que vous décidiez de participer ou pas, faites passer le message ! 

 

 

 

Image trouvée sur Corse Matin

Partager cet article
Repost0

commentaires